Publié le 14 septembre 2021
L’Eglise de la Trinité a commencé sa mue - PDF

L’Eglise de la Trinité a commencé sa mue

Le plus important chantier de restauration de Paris a enfin commencé. Dans 6 ans, soit en 2027, l’église de la Trinité aura terminé sa mue.

Construite entre 1861 et 1867 par l'architecte Théodore Ballu, l'église de la Trinité, à l'architecture typique du Second Empire, est immense, avec son clocher qui culmine à 65 mètres de hauteur.

Peu de temps après sa construction, les ennuis commencent. Certains des matériaux se dégradent, les pierres venues d'une dizaine de carrières différentes et souvent de mauvaise qualité montrent des signes de fragilité. Par ailleurs, la gare Saint-Lazare, à proximité, avec ses poussières de charbon, a encrassé le monument religieux. De grosses traces noires couvrent les pierres. Quinze ans après, une première salve de restauration démarre, suivie de deux autres.

Aujourd'hui, une rénovation en profondeur s'impose. « Le fait d'insérer du ciment métallique pour renforcer l'ensemble a accéléré la dégradation de l'édifice », explique Vincent Brunelle, architecte en chef des Monuments historiques, chargé du chantier.

Pour 24 millions, contre 13 budgétés initialement (La Ville apporte 20,2 millions, et la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) 3,8 millions), pas moins de 450 mètres cubes de pierres seront remplacés. Les quatre statues des évangélistes, trop abîmées, seront conservées dans les réserves de la Ville, et seront remplacées par de nouvelles, refaites à l'identique.